Communauté des chtis expatriés en auvergne
Le Grand Conseil

Mayeur :  Jean-Luc Molet
(en Belgique et hainaut Cambrésien le Mayeur,Maïeur était l'appellation d'un délégué de corporation, ou administrateur de communauté locale).
Grand Argentier : Jeannine Legat        Argentier : Thérese Debevere
Maître des Ecritoires : Michele Ibarra       Clerc des Ecritoires : Yves Debevere
Grand Chambellan : Robert Vaast
( le Grand Chambellan du Conseil,représente ou remplace le Mayeur en cas de défaillance)
Intronisation des Nouveaux échevins du Conseil de la Communauté "Chés gins du Nord"
les Consoeurs & Confréres : Ludivine ; Robert Vaast ; Yves Bebin ; Emma &Stéphane Konan

Email:  jlmolet@yahoo.fr

DANY BOON & BENOIT POELVOORDE

 
 
 



 * Sur la route des biéres   
CCommencez votre périple à 4 km de Chimay où se trouve l'abbaye Notre-Dame de Scourmont, fondée en 1850. Les moines qui l'habitent appartiennent à l'ordre des cisterciens de la stricte observance, appelés « trappistes ». Vous ne pourrez pas visiter la brasserie où est produite la Chimay, mais uniquement les bâtiments extérieurs, le parc, le cimetière des moines et l'église.u Nord" 

Cette association a pour but, de promouvoir et favoriser les valeurs amicales traditionnelles eauthentiques de la communauté des gins du Nord en Auvergne (Artois ; Hainaut, Picardie ; Flandre francais et Hainaut, Wallonie, Belge) etc. et développer le patois « El'Rouchi*»

*  El'  « Rouchi », que l’on appelle couramment ch’timi, Ch’ti ou encore patois du Nord / Pas de Calais et Picardie voisine, ensemble et avec les parlers du Hainaut belge, forment une seule et même langue, reconnue officiellement comme l’une des 75 langues de France, et comme langue régionale en Belgique. Ce patois et le francais partagent des origines communes au sein d’un groupe de langues dénommées « langue d’Oil », parlées dans la France du Nord : ces langues ont évolué à partir du latin populaire amené par les légions romaines, puis à partir du 5 éme siècle, sous l’influence des parlers germaniques des envahisseurs francs. Le chanteur Belge Julos Beaucarne disait que « le Wallon  est du Latin venu à pied du fond des âges » on pourrait dire autant d’el’rouchi et du francais. Au moyen âge, les écrivains de notre région comme Adam de la halle et Jean Bodel deux  Arrageois, Froissart un Valenciennois, ou l’auteur anonyme de la chantefable Aucassin et Nicolette, écrivent dans ce que l’on peut appeler  du Oil, mélange d’ancien Francais alors en cours et de dialectes régionaux du Nord : on y trouve de nombreux mots et des tournures encore utilisés aujourd’hui en patois.

El'Rouchi , se caractérise surtout par une forte vitalité de la langue populaire, illustrée par une tradition littéraire dont le représentant le plus éminent fut probablement le poète mineur Jules Mousseron  de Denain, auteur des fameuses histoires de CAFOUGNETTE et d’autres qui gagnent à être connus…El'Rouchi est au 19 siècle, il semble être né de la lecture d’une lettre ou était question du « patois de drouchi »,c’est à dire « ici », avant d’être popularisé par Gabriel Hécart et son dictionnaire Rouchi-Francais édité pour la 1ere fois en 1812.

« A toutes les personnes issues du Nord de la France et du sud de la Belgique, désireuses rejoindre un groupe local d’amis du Nord, parlant ou pas le patois, réunion culturelle, mais surtout conviviale. ».

Au temps de César, les belges formaient dans la Gaule du Nord une confédération que les romains soumirent en 51 avant Jésus-Christ.

                         Sous influence Latine, Germanique et Espagnole

Le Nord fut envahi par les Francs (aux 5 et 6 éme siège), En 843, au traité de Verdun, le Nord  fut partagée en deux région à l’ouest de l’Escaut alla à la France, l’autre à la Lotharingie(7), puis à la Germanie(8), quand la féodalité triompha, on vit se constituer les comtés de Flandre (2), de Hainaut (1), et le duché de Brabant(5). L’histoire de la Belgique se confond dés lors avec  celle des Pays-Bas. Elle connut sa  grande splendeur sous les ducs de (16) Bourgogne (14 -15 éme siècle)  et notamment sous Philippe le bon, en 1477, le mariage de Marie de Bourgogne et de l’archiduc Maximilien (12), fit passer les Pays-Bas à la maison de Habsbourg(13). L’intolérance de Philippe II (d’Espagne) et les excès du duc  d’albe (14) eurent pour conséquence la révolte et, l’indépendance des sept provinces du Nord, sous le nom de (10) Provinces-Unies (1579), tandis que les provinces du sud étaient  rattachées à la domination Espagnole. Le Nord , théâtre de nombreuses guerres sous louis XIV , fut donnée à l’Autriche par le congrès (9)de Rastatt ( 1714) , que confirma sur ce point le traité d’Aix-la-Chapelle (11) (1748), la nouvelle organisation que Joseph II  ( empereur de Germanie, né à vienne 1741 à 1790), voulut appliquer à la  Belgique fut mal accueillie et amena une insurrection ( 1789) et la proclamation des états Belges unis (1790), les  Autrichiens, vainqueurs de la révolution Brabançonne, se virent  disputer la Belgique par la France ( 1792-1794), qui  annexa officiellement le pays en 1795. La France fit disparaître les traces d’ancien Régine, unifia administrativement le pays et donna de l’impulsion à son économie. En 1815, la Belgique fut réunie à la Hollande, cette union artificielle provoqua une opposition religieuse, culturelle et linguistique de la part des Belges, la révolution de 1830 aboutit à l’indépendance de la Belgique. (Problèmes linguistique  wallons – flamands)

**********

        I.      Hainaut, comté de l’empire germanique, fondé au 9 éme siècle, il fur annexé en 1428 aux états Bourguignons, dont il suivit le sort. La partie méridionale du Hainaut devint française en 1659. Coté belge les villes de : Mons ; Charleroi ; Mouscron ; Soignies ; Thuin ; tournai et coté français le Hainaut Cambrésis : Cambrai ; Douai ; Valenciennes ;

     II.      La Flandre ou les Flandres, province de France et de Belgique, sur la mer du Nord entre l’Artois et le Hainaut. principales villes Bruges, Gand, Lille, Roubaix, Dunkerque, Ostende.

   III.      Artois, comté francais, formé au 12 éme siècle, enlevé à la Flandre (1223), il passa au duc de bourgogne en 1382, puis à la maison d’Autriche  en 1477. le traité des Pyrénées (1659) le rendit  à la France. La ville Arras.

  IV.      Picardie, province française, comprenant : le vermandois, l’amiénois, le Valois, le Santerre, le Ponthieu, le boulonnais et la Thiérache, villes : Amiens, Occupé par Philippe auguste de 1185 à 1191, enjeu franco-anglais durant la guerre de cent ans, elle fut réunie à la France en en 1482.

     V.      Brabant, duché germanique formé au 11eme siècle par les comtes de Louvain. Passé en 1406 à un cadet de la seconde maison  capétienne de bourgogne, il échut en 1430 à Philippe III le bon, duc de bourgogne, puis en 1477 à la maison d’Autriche. la trêve de 1609 entre le roi d’Espagne et les provinces unies abandonna à celle-ci la partie septentrionale. Villes : partie de Bruxelles, hal-Vilvorde, Louvain, nivelle (province traversée par la frontière linguistique.

  VI.      Wallonie, partie sud-est de la Belgique ou l’on parle le francais et le dialecte roman ou rouchi.

VII.      Lotharingie, Lothaire Ier (795-855), empereur d’occident (840-855), fils de louis Ier les pieux. Ayant voulu garder l’intégralité de l’empire, mais il se vit imposer un partage par ses frères (Verdun 843).

VIII.      Germanie, état formé en 843 d’une partie de l’empire carolingien et attribué à Louis le germanique, l’expression cessa d’être  employée à partir de 1024.

  IX.      Rastatt (Allemagne), traité de rastatt (1714), mit fin à la guerre de succession d’Espagne. Le congrès de Rastatt (1797-1799) se termina par le massacre des plénipotentiaires francais.

     X.      Province-Unies, nom porté par la partie septentrionale des Pays-Bas (1579-1795)

  XI.      Aix la chapelle, ce fut la capitale de l’empire de Charlemagne .Le  traité d’Aix la chapelle, fut signé  en 1668, mit fin à la guerre de dévolution et donna la Flandre à la France ; un autre, en 1748, termina la guerre de la succession d’Autriche.

XII.      Maximilien 1er, archiduc d’Autriche, né à Wiener Neustadt (Autriche) (1459-1519), empereur germanique de1493 à 1519. il livra à louis II la bataille de Guinegatte (1479) et lui laissa la Picardie et le bourgogne au traité d’Arras (1482). Il avait épouse Marie de bourgogne. Héritier de  Charles le  Téméraire

XIII.      Habsbourg, dynastie qui régna sur l’Autriche de 1278 à 1918.

XIV.      Albe, (Ferdinando Alvarez de Tolède duc d’Albe), né à Piedrahita (1508-1582), général de Charles Quint(15) et de Philippe II gouverneur des Flandre (1567-1573).

XV.      Charles Quint, (Charles V dit), né) à Gand (1500-1558), roi d’Espagne

XVI.      Bourgogne (la), les quatres ducs Philippes II le hardi, Jean sans peur, Philippe III le bon, Charles le téméraire conquirent de nombreux territoires (Flandre, Brabant, Luxembourg, Hainaut, etc..), le duché de Bourgogne fut conquis par louis XI à la mort de Charles le téméraire (1477) et devint une province Française.

En roman ( ch’ti ; rouchi ; Wallon) issu du latin et germanique

Mi j'ai ine tout'aute version concernant les "Boyaux Rouches". Cha daterot del guerre d'Artois du temps du Grand Condé, au miyeu du 17eme siécle. Dins chés troupes du Grand Condé, y'avot des artésiens qui, pous'distinguer d'z'autes soldats, portottent su l'ch'miches in'ventrière rouche.

Y'a core ine aut'version qui est plus cruelle et qui date de l'révolution à Arras d'où qu'in passot grinmint d'gins al'guillautine et que ch'sang i coulot dins chez caniveaux.

 




Créé avec Créer un site
Créer un site